Pourquoi les sociétés modernes vont s’effondrer

Pourquoi les sociétés modernes vont s’effondrer

Pourquoi les sociétés modernes vont s’effondrer 1801 1107 Verkus

Pourquoi les grands empires sont en voie d’extinction et comment les sociétés modernes vont s’effondrer.

Avant de s’intéresser au processus d’effondrement des sociétés, des civilisations et de manière générale des empires, il faut comprendre les mécanismes qui les construisent et définir ce qu’est un effondrement.

Définition de l’effondrement

Un effondrement est une simplification souvent brutale d’un système, qu’il soit social, économique, mécanique ou vivant, lorsque ce dernier passe au delà de sa capacité de charge (en anglais “Overshoot”). Rapporté aux pays ou au empires, l’effondrement va désigner une crise de complexité et une simplification rapide d’une société et de ses services.

Comment les empires s’effondrent ?

Une société s’élève tout d’abord par la qualité de son système éducatif. La relation étroite entre la scolarisation/éducation des femmes en Afrique et le contrôle de leur fécondité ainsi que leur autonomisation n’est plus à demontrer. Dans nos sociétés modernes, la hausse de la qualité d’un système éducatif génère en bout de chaine, de l’innovation et des dépôts de brevets, qui entraînent à leur tour une hausse de la technologie, de la compétitivité, qui permettent d’augmenter le volume des échanges, du niveau de vie et de la valeur de la monnaie, puis de faire monter la puissance militaire. Les travaux sur le cycle de vie des empires de Ray Dalio — un milliardaire américain et gestionnaire de Edge Fund — démontrent parfaitement la corrélation de ces composantes.

Archétype de la naissance et du déclin des empires selon Ray Dalio

Archétype de la naissance et du déclin des empiresOn peut donc déduire à partir de ces indicateurs, qu’un pays ou un empire est sur le déclin lorsqu’il commence à perdre en compétitivité, qu’il dépose de moins en moins de brevets d’année en année, que sa monnaie perd en valeur, que son commerce extérieur s’affaiblit, que son centre de la finance perd de sa force gravitationnelle, que son armée s’affaiblit, que les prix des services publics augmentent alors que leur qualité décline, que sa population vieillit… C’est précisément ce que l’on observe aujourd’hui en France et à des degrés différents dans d’autres pays.

Pour une mise en évidence encore plus probante du délitement de nos sociétés modernes et tout particulièrement de la France, il suffit d’établir des parallèles avec les 5 stades qui caractérisent un effondrement, théorisés par l’ingénieur et essayiste russo-américain Dmitry Orlov, père fondateur de la discipline que l’on appelle aujourd’hui “la collapsologie”.

1) L’effondrement financier/économique

L’effondrement financier/économique se caractérise par une perte de confiance en l’avenir. Dans un contexte sain, cette incertitude se traduit par des taux d’intérêts qui ne permettent pas aux mauvaises entreprises de subsister. Il s’en suit alors une purge des fausses valeurs qui est salutaire pour le système économique. Hors de nos jours, les gouvernements refusent d’endosser les conséquences récessionistes d’une telle purge : défaut de paiement, faillites/dépôt de bilans, investisseurs au tapis, baisse de la production, augmentation du chômage… Les banques centrales se retrouvent alors obligées d’injecter massivement de l’argent dans l’économie et de maintenir des taux bas, si bas, qu’ils en sont devenus négatifs. Se faisant, elles alimentent elles-mêmes les bulles financières.

2) L’effondrement commercial

L’effondrement commercial qui succède souvent à l’effondrement financier, désigne une perte de confiance dans le marché. Les investisseurs fuient avec leurs capitaux, la monnaie dévalue et engendre des pénuries de biens, des ruptures dans les chaines d’approvisionnement…

3) L’effondrement politique

L’effondrement politique traduit la perte de confiance de la population en leurs dirigeants qui engendre une montée de la contestation sociale. La baisse de crédibilité des gouvernants et de leur légitimité impose progressivement un durcissement du régime, des pertes de libertés, la montée de l’autoritarisme et des violences policières, voire l’ingérence étrangère… En France, sur les 30 dernières années nos élites politiques on pu démontrer à la fois leur incompétence et leur incapacité à agir. La vérité et que les états ont été dépossédés de leur souveraineté par les banques centrales qui leur impose de l’austérité et que le pouvoir appartient désormais dangereusement aux multinationales.

4) L’effondrement social

Les institutions locales sociales qui — jusque là palliaient aux carences de l’état — finissent part se disloquer faute de ressources ou de conflits internes. La coopération et l’entraide font place à la confrontation, à l’opportunisme, au trafics, viols, violence. Vient le règle des chefs locaux, des bandes et des gangs mafieux.

5) L’effondrement culturel

L’effondrement culturel fait perdre aux individus leurs dernières traces d’humanité. L’instinct de préservation/survie prend le dessus sur les vertus personnelles (gentillesse, entraide, générosité, compassion, hospitalité…) et la famille — dernier bastion de la société humaine — éclate pour laisser des individus isolés.

L’effondrement des empires, une histoire qui bégaie

Des Mayas à l’ex union soviétique en passant par l’Empire romain et l’île de Pâques, l’histoire nous montre qu’il y a une périodicité dans la vie des sociétés et des empires et qu’elle n’a épargné aucune civilisation, même les plus brillantes. Mais ce qui marque notre époque, c’est la conjonction de l’effondrement économique avec l’effondrement biophysique. Si l’on considère que nous transformons des ressources en produits et en services par le biais de l’énergie, il est logique que la production économique soit intimement liée à la quantité d’énergie injectée dans le système. Malheureusement, le caractère intrinsèquement fini de notre planète interdit aux économies de croître indéfiniment. Nous avons d’ores et déjà atteint à peu près tous les pics d’exploitation (le peak-all), et le caractère insoutenable de nos modes de vie devrait nous paraître évident.

Malgré les réflexions de personnalités de très haut niveau du monde scientifique, économique et des industriels de 52 pays réunis pour la première fois en 1968 autour du groupe de Rome, le monde n’a jamais considéré les limites physiques de la planète. Nos sociétés sont droguées aux énergies fossiles (dont 82% de l’énergie provient), aux injections monétaires et à la dette. Les plus pessimistes simulations du célèbre rapport Meadows sur les limites de la croissance tendent dangereusement à se confirmer. Nos dirigeants, pour qui la croissance perpétuelle est le seul mode de pensée, restent sourds aux rapports du GIEC et de l’IPBES. Nous pouvons assez tristement constater, à l’insignifiante échelle géologique de nos vies, notre impact sur l’environnement par le réchauffement climatique, l’effondrement de la biodiversité, l’acidification et l’anoxie des océans, la raréfactions des ressources géostratégiques… Il suffirait pourtant que nous prenions en pleine conscience l’imminence de l’effondrement systémique global pour chercher à l’éviter. Mais c’est précisément parce que personne ne veut y croire qu’il arrivera.

Le survivalisme, une réaction saine face à l’effondrement

Quelque soit l’angle de vue, le survivalisme apparaît alors comme une stratégie de préservation efficace. Il nous permet de satisfaire nos besoins de base en limitant la dépendance aux systèmes et en limitant le besoin d’argent, en rationalisant la consommation personnelle de ressources tout en demeurant civilisés. Il favorise les organisations locales soudées sous forme de petites communautés et développe les vertus humaines.

Vous voulez…

vous préparer au choc de l’effondrement de nos sociétés, apprendre à être résilient, redonner du sens à vos actions ? VERKUS vous attend !

Envoyer un message
75000 Paris

Vous voulez…

vous préparer au choc de l’effondrement de nos sociétés, apprendre à être résilient, redonner du sens à vos actions ? VERKUS vous attend !

Envoyer un message
75000 Paris

Comment sont utilisées vos données de navigation ?

Nous utilisons différentes technologies de traceurs, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus, faciliter votre navigation et analyser le trafic. Vous pouvez si vous le souhaitez, désactiver partiellement ou totalement les données ainsi collectées.

Click to enable/disable Google Analytics tracking code.
Click to enable/disable Google Fonts.
Click to enable/disable video embeds.
Comme la majorité des sites internet, Verkus.fr utilise des “cookies” pour vous fournir une meilleure expérience utilisateur. En poursuivant votre navigation, vous acceptez implicitement leur utilisation.